Accompagner un patient en réanimation

Par-delà les soins, votre présence et votre soutien seront d’une aide précieuse et irremplaçable pour votre proche.

 

 

Que pouvez-vous faire pour le patient ?

L’une des premières choses simples que vous pouvez faire pour votre proche hospitalisé est d’apporter quelques effets personnels :

S’il est conscient, n’hésitez pas à lui amener de quoi s’occuper de façon reposante : même les grands intellectuels ont souvent du mal à se concentrer sur leurs livres en réanimation! Privilégiez des lectures simples, de la musique, voire des films et des séries divertissantes pour leur permettre de s’évader.

 

 

Quelque soit son état de conscience, il est toujours utile de lui apporter :

-Son parfum favori,

-Ses affaires de toilette personnelles (gel douche, shampooing et après-shampooing, rasoir, brosse à cheveux…),

-De quoi maintenir sa peau hydratée (crème, huile de massage),

-Mais aussi éventuellement une couverture ou une étole (lavable !) qu’il ou elle affectionne

Cela permet aux équipes de personnaliser les soins, de favoriser une prise en charge singulière même si le patient est dans le coma, et cela permet également à votre proche de retrouver un peu de familiarité dès qu’il reprend connaissance. Cela lui sera très précieux.

 

Que lui dire ?

Parfois, il est difficile de savoir quoi dire au chevet d’un proche dans le coma ou qui ne peut pas vous répondre du fait de la respiration artificielle. Vous pouvez lui donner des nouvelles de ses amis, de sa famille, des événements en lien avec ses centres d’intérêt.

Vous pouvez aussi partager des souvenirs de vacances, des expériences communes, de bons moments vécus avec lui, ou encore partager des projets pour l’après réanimation. 

Parlez-lui

De tout et de rien, comme s’il
discutait avec vous. N’hésitez pas à lui raconter votre quotidien, des anecdotes sans importance : tout ce qui peut l’aider à reprendre pied dans le réel ou à s’évader de réanimation est bon à prendre !

Lisez-lui quelque chose

Un livre, un poème, un
magazine, des messages de ses
proches… Même si son état ne lui permet pas d’intégrer le détail de vos lectures, une voix connue est toujours utile dans les moments difficile. 

Jouez lui de
la musique

Si vous êtes musicien, vous pouvez jouer vous-même bien sûr, mais plus simplement, vous pouvez lui apporter de quoi écouter de la musique : petite radio, écouteurs, …

Votre sensibilité de proche sera d’une grande aide aux soignants pour mieux détecter les éventuelles douleurs et inconforts que ressent le patient, mais il est également très important de ne pas focaliser vos échanges sur cela : il est plongé toute la journée dans le monde peu agréable de la réanimation, votre plus grand atout sera de l’aider à s’évader par la pensée dans des conversations ou des rêveries que vous saurez personnaliser en fonction de ses intérêts et de ses souhaits !

Communiquer

Même si votre proche est conscient, la communication peut rester difficile, notamment s’il est intubé car il ne pourra pas parler. Dans ce cas, il pourra, si son état le lui permet, écrire ou épeler un mot en montrant des lettres ou des numéros ou encore des mots que vous auriez écrits au préalable. N’hésitez pas à poser des questions fermées (où la réponse est oui ou non) afin de lui permettre de répondre simplement. 

Vous pouvez également personnaliser les murs de la chambre, avec l’accord du personnel soignant : apporter des photos et des dessins permettent de maintenir un lien avec le monde extérieur et d’apporter un peu de soutien.

La rédaction d’un journal de bord (voir la section dédiée) peut être d’une grande aide pour votre proche s’il traverse une période de coma, de sédation ou de confusion.

 

Participer aux soins

 

Vous pouvez aider les soignants à prodiguer des soins simples à votre proche, comme par exemple un massage des pieds ou des mains, le coiffer, le parfumer, voire participer à lui faire un shampooing en fonction de son état. Ce n’est malheureusement pas toujours possible pour des raisons de sécurité, il vous faudra toujours demander l’autorisation à l’équipe soignante.

Il pourra aussi vous être demandé de quitter la chambre de votre proche si des soins douloureux doivent lui être prodigués, et ce pour vous protéger des angoisses que cela pourrait occasionner.

Les réactions du patient

Le séjour en réanimation est un moment étrange pour le patient surtout s’il traverse une ou plusieurs phase de coma ou de confusion. Il peut avoir des hallucinations, ou imaginer des choses : il n’est pas rare que les patients présentent des délires qui sont la conséquences de la maladie ou des traitements mis en place. Cela disparaitra avec l’amélioration de son état mais il pourra en garder des souvenirs étranges : n’hésitez pas à en discuter avec lui.

Lui permettre de verbaliser des hallucinations ou des angoisses en le rassurant peut lui permettre de retrouver un peu de calme durant son séjour et en parler après la sortie pourra également le rassurer sur le fait que ce qu’on appelle « delirium de réanimation » est un événement parfois désagréable mais tout à fait normal !